17 janvier 2018

Max par Sarah Cohen-Scali

Auteur: Sarah Cohen-Scali
Éditeur: Gallimard
Collection: Scripto
Pages: 473
Parution: 31 mai 2012


Quatrième de couverture: 

«19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler!»

Max est le prototype parfait du programme «Lebensborn» initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich.

Une fable historique fascinante et dérangeante qu'on ne peut pas lâcher. Une lecture choc, remarquablement documentée, dont on ne sort pas indemne.

Mon avis: 

Je me suis plongée dans ce livre avec une volonté d'apprendre et une intense curiosité. Je ne suis pas une grande connaisseuse du contexte ayant mené au conflit qu'est la 2e guerre mondiale, et je m'y intéresse particulièrement lorsque l'information est diluée et mâchouillée en avance. Par exemple, j'ai adoré découvrir le contexte dans lequel se déroule le roman "La voleuse de livres", mais je suis incapable de me pencher sur un recueil (volumineux ou non) énonçant les causes et conséquences de cette guerre (contrairement à mon copain).

Dans cette histoire, nous suivons un participant au programme Lebensborn, mis en place par Himmler. Celui-ci visait à choisir les parents qui se rapprochaient le plus des critères de la "race aryenne" (cheveux blonds, yeux bleus, grande taille), en plus de les sélectionner selon leurs aptitudes. Le régime d'Hitler voulait ainsi créer une race pure, basée sur ces nouveaux-nés parfaits. Pour ce faire, on sélectionnait des femmes et des soldats, et il y avait conception de l'enfant. Puis, celui-ci naissait dans un des centres prévus à cet effet, et était immédiatement abandonné par sa mère aux soins de nourrices. On sélectionnait alors les bébés les plus vigoureux, les plus grands et selon d'autres critères prédéfinis. Dans le futur, ces enfants étaient utilisés dans de nombreuses activités des nazis, notamment en Pologne (le passage qui m'a le plus marqué).

Vous comprendrez que cette lecture m'a profondément chamboulée. J'étais horrifiée de découvrir à quel point l'être humain est capable d'exploiter les sentiments de ses congénères, notamment par l'utilisation d'enfants, afin de gagner une guerre. C'était horrible, mais en même temps extrêmement enrichissant. Plusieurs stratégies non militaires (ou alors quasi militaires) sont répertoriés dans ce livre, et on arrive à suivre chronologiquement les événements de la guerre.

Pour ma part, j'ai réussi à m'attacher à Max, qui n'est au final qu'une marionnette endoctrinée depuis sa plus tendre enfance à se considérer comme un membre de la race pure, et donc supérieur aux autres humains. Les pensées de Max sont en fait une litanie de la doctrine nazie, qui en démontre toute la profondeur, mais surtout la démesure. Pour les enfants, du moins, on constate que cet endoctrinement forcé a dû les convaincre que la vie était telle que le Fürher la présentait, soit une vie où tout leur était dû et qui leur permettait d'avoir tous les pouvoirs sur les inférieurs de la race humaine (qu'on comparait alors à des animaux). J'ai un peu plus de difficulté à comprendre l'engouement de l'ensemble du peuple allemand pour cette doctrine, mais je présume que les affres de la première guerre mondiale ont été suffisantes pour obscurcir l'esprit de millions d'individus.

Bref, cette lecture a été un coup de coeur pour moi ! Dans la vie, je crois que la connaissance est mieux que l'ignorance, et ce même pour les événements tragiques comme la 2e guerre mondiale. Le livre est choquant, mais pas comme pourrait l'être un livre d'horreur ou policier. Il ne l'est pas non plus dû à la façon que les événements sont rapportés. Il l'est simplement dû aux faits qu'il rapporte fidèlement les événements, et que ce sont ces événements à la base qui sont horribles. Ainsi, je suis contente de connaître un peu mieux cette parcelle de l'histoire de l'humanité, et ce grâce à une lecture non prise de tête (ou à tout le moins, moins qu'un livre d'histoire) !

Si vous avez envie d'en connaître un peu plus sur la 2e guerre mondiale, ce livre est fait pour vous ! Sans alourdir le discours, il permet de découvrir plusieurs aspects de ce conflit mondial, tout en suivant l'histoire presque banale d'un petit garçon né du programme Lebensborn.

Et vous, avez-vous lu ce livre ? Comment l'avez-vous trouvé ? 

2 commentaires:

  1. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai certainement dû avoir une vie antérieur pendant la seconde guerre mondiale. Je suis attiré par tout ce qui touche cette guerre. Donc, ta chronique ne me laisse pas indifférente. Mais, je ne pense pas me le procurer pour autant. ^^

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Le meilleur des deux mondes : Va l'emprunter à la bibliothèque ;) Pas de dépense, et ça te permet de découvrir une histoire incroyablement intéressante, surtout si tu aimes à la base la 2e guerre mondiale !

      Effacer