24 novembre 2017

L'empire de sable par Kayla Olson

Auteur: Kayla Olson
Éditeur: Robert Laffont
Collection: R
Pages: 478
Parution: 21 septembre 2017


Quatrième de couverture: 

Il suffit d'un grain de sable pour faire s'écrouler un empire. Une page s'est tournée dans l'histoire de l'humanité depuis que les dérèglements climatiques ont rendu la plus grande partie du globe inhabitable. Puis a eu lieu la révolution orchestrée par les Loups, un puissant groupe armé. Ce jour-là, ils ont pris le pouvoir. Ce jour-là, ils ont tout pris à Eden, qui n'a rien vu venir. La voilà désormais détenue dans un camp de travail sous haute sécurité. Son seul espoir ? Gagner l'île de Sanctuary dont lui a parlé son père, le dernier territoire encore neutre. Mais quand Eden parvient finalement à y accoster avec d'autres évadés, l'île se révèle encore plus dangereuse que leur précédente prison... 

Mon avis: 

Ce livre constitue le premier de ma vie que je recevais en partenariat ! J'étais donc excitée comme une puce de le recevoir, mais surtout de le lire ! Je remercie donc d'ores et déjà la Collection R pour cet envoi ! 

L'histoire démarre au moment où Eden décide de s'enfuir du camp de travail dans lequel elle est faite prisonnière. Le contexte de cet emprisonnement n'est pas des plus banal: les Loups, les anciens membres des classes plus pauvres de la société, viennent tout juste de renverser le pouvoir en place et forcent maintenant les anciens membres des classes plus riches à travailler sous leur joug. Au début, le mouvement se voulait plutôt pacifique, avec pour but de renverser la tendance, mais sans effusion de sang. Or, il existe des extrémistes partout, prêts à abuser de leur pouvoir dès qu'il aura le malheur d’effleurer leurs mains. C'est exactement ce qui s'est produit ici, et les anciens riches sont maintenant traités encore moins bien que du bétail. On peut même comparer ce conflit politique à celui qui a sévi pendant la 2e guerre mondiale, de par la relation entre les allemands et les juifs (qu'ils ne considéraient même plus comme des êtres humains, et utilisaient dans leur camps de travail). 

Tout ce conflit a été accentué par les problèmes environnementaux survenus alors que la révolte commençait à peine à gronder parmi les rangs des futurs Loups. En effet, par la faute des changements climatiques, la montée des eaux océaniques s'est accrue à une vitesse folle, noyant les îles et les rives continentales. Des milliers de personnes sont donc mortes dans cette tragédie, qui a touché l'ensemble de la planète. Une compagnie scientifique a alors annoncé qu'elle souhaitait mettre en place des habitats sous-marins, afin de sauver le plus possible de la population humaine restante. Cette idée partait d'un bon fond, mais dès que des prix ont été annoncé pour s'acheter une place dans ces palaces, les Loups n'ont pas pu en supporter davantage. Et voilà donc où ça les a mené... 

Tout d'abord, j'ai bien aimé l'histoire. Pendant la première moitié du roman, j'étais en mode incompréhension totale. J'avais l'impression de patauger dans de la gadoue (à savoir que même si les personnages découvraient de nouveaux endroits, de nouvelles choses, je n'avais pas plus l'impression de mieux comprendre ce qui se passait réellement sur cette île). Puis, dans la seconde partie, tout s'accélère et on commence à avoir une bonne compréhension de ce qui s'est passé et comment avance les choses depuis Zéro (le jour du renversement du pouvoir). Contrairement à certaines chroniques que j'ai pu lire, je n'ai pas trouvé que la fin était trop expéditive. Toutes les actions étaient justifiées et très bien détaillées, et la fin laisse présager un tome 2 qui sera très différent de celui-ci ! 

La première chose qui m'a frappé dès que j'ai commencé ce roman, c'est la plume de l'auteure. Elle est étonnamment belle, très immersive. Bien qu'elle soit très descriptive, surtout au niveau des pensées d'Eden et de ses agissements, et ce même entre les dialogues, cela ne réussit toutefois pas à créer de longueurs. Le vocabulaire choisi est très beau, et j'adore les passages plus "philosophiques" où l'auteure prend le temps de définir les émotions de son personnage sur un sujet en particulier. Cela arrive à quelques reprises dans le roman, et c'est un beau plus dans l'ensemble. Voici un exemple, où vous pouvez vraiment bien apprécié la plume de l'auteure : 

"Je n'en reviens toujours pas de toutes ces choses que je tenais pour acquise. 

Avant: quand les sourires étaient encore spontanés, par juste intéressés; quand les larmes étaient encore de joie, pas juste de tristesse; quand la vérité était encore noire ou blanche, ou grise, pars irrémédiablement entachée de sang. 

Avant: quand l'espace entre deux personnes était plus chargé d'énergie positive que négative, d'alliés que d'ennemis; quand les rêves étaient portés par les nuages, pas lestés de plomb; quand la vérité tenait plus de l'évidence que du miracle.

J'ai adoré les personnages, d'abord parce qu'ils sont forts de caractère, et ensuite parce qu'ils sont réalistes. Tant les personnages masculins que féminins ont tendance à ne pas faire confiance trop rapidement, une volonté qui se perd habituellement beaucoup trop rapidement dans un contexte de survie dans les romans. Mon personnage préféré est Lonan qui, malgré ses mystères, réussit à montrer sa vraie nature par moment. On tâte quelque peu ses motivations et valeurs, et sous la carapace qu'il s'est bâti, on se rend compte qu'il est un être humain rempli de sagesse et de bonnes intentions, et ce en dépit de son jeune âge. J'ai aussi bien apprécié Eden, le personnage principal, qui ne manque pas de courage et de détermination. Elle est une jeune fille très forte et très intelligente, et la plus raisonnable des personnages féminins. 

Finalement, j'ai bien aimé l'intrigue qui a été bâtie. Je ne comprends toutefois pas pourquoi on a beaucoup axé sur le côté "écologique" de cette dystopie. Hormis les abris que l'on veut construire, la présence constante des Havenwater (bouteille qui purifie l'eau automatiquement) et le problème de la montée des eaux sur l'ensemble de la planète, le conflit est plutôt basé sur un renversement social et politique des gouvernants au pouvoir. La dystopie, à mon avis, s'attarde beaucoup plus à ce renversement de l'ordre établi qu'aux catastrophes naturelles, qui ont seulement accentué les problèmes. 

Je n'ai malheureusement pas eu de coup de coeur pour ce premier tome, mais il s'agissait d'une excellente lecture ! J'ai bien hâte de voir ce que cela donnera au cinéma !

Je remercie encore une fois Collection R Canada pour cet envoi !


Compte pour le Challenge Littérature de l'Imaginaire: 


18/12
Photo

4 commentaires:

  1. J'ai lu ta critique en diagonale, car il s'agit de l'une de mes prochaines lectures. En tout cas, ça donne envie et ça a l'air vraiment chouette ! J'espère aimer autant que toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'espère aussi ! :) Même si j'avais une certaine saturation des dystopies avant ma lecture, celle-ci est tellement différente des autres que j'ai vraiment réussi à l'apprécier à sa juste valeur ! ^^

      J'ai bien hâte de voir ta chronique ! :)

      Supprimer
  2. Peut être me laisserais-je tenter un de ces jours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien ! :) Et si c'est le cas, n'hésite pas à me laisser le lien vers ta chronique ! Ça me fait toujours plaisir de connaître l'opinion des autres lecteurs sur les livres que j'ai lu ! ^^

      Supprimer